Adhérer à l'association

Panier

Example of shopping-bag Votre panier est vide. Commencer vos achats ?
Commander
bandeau page

Disparition de Bob Maloubier

L'agent secret "Bob" Maloubier est décédé
 
Saboteur au service de Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale et père des nageurs de combat français, Robert Maloubier dit "Bob" avait 92 ans.
 
Sir Bob est mort. Ou faudrait-il dire plutôt Clothaire? Robert Mortier ? Ses autres noms, lorsque ce Français né à Neuilly en 1923 travaillait pendant la guerre pour le SOE anglais (Secret Operations Executive). Bob Maloubier était sans doute le dernier grand représentant de l'agent secret à l'ancienne. L'été dernier, pour les 70 ans du Débarquement, il était partout. Il venait de publier Les Secrets du Jour J : Opération Fortitude aux éditions la Boétie (la maison d'édition du Point) et les radios se disputaient ce dernier témoin. Sur RMC, Jean-Jacques Bourdin buvait ses paroles comme du petit lait, sur RTL, Yves Calvi l'écoutait, impressionné. La veille, il venait de recevoir des mains mêmes de la reine l'ordre de l'Empire britannique. Au salon du livre de Caen, ses bacchantes toujours impeccables, il gambadait encore dans les allées de l'ancien château pour ressusciter avec son talent de conteur les aventures des leurres et des agents doubles ou triples de la guerre.
 
Il était entré dans la carrière comme tant d'autres : à 17 ans, en 1940. Il avait raconté dans Triple jeu comment il avait été recruté par les Anglais à Alger, fin 1942, alors qu'il avait passé deux ans à Bizerte sur une base d'aviation de l'armée d'armistice. Il fréquente alors Bonnier de La Chapelle, qui assassinera Darlan, mais il est déjà en contact avec l'Anglais Jacques de Guélis, membre du SOE, qui engage ce jeune homme doué pour le tir instinctif et le combat à mains nues. Interrogé, briefé en Angleterre, il attendra un an pour accomplir ses plus hauts faits de gloire : plusieurs opérations de sabotage dans la région de Rouen.
Arrêté par les Feldgendarmen, il s'en échappe avec plusieurs balles dans le corps, franchissant grièvement blessé un canal gelé, avant de survivre au prix d'une volonté inouïe. Rétabli à Londres, il repart pour participer au grand maquis limousin du colonel Guingouin.

Talent de plume

Ce jeune homme qui aime l'engagement ne sera fait prisonnier que par les Japonais au Laos. Libéré, il participe à la création du service Action du SDECE (futur DGSE). Il est au coeur de quelques coups du renseignement français de l'après-guerre. Il crée une des premières unités de nageurs de combat, mais en 1960, doit quitter le SDECE pour avoir engagé Jo Attia sur quelques contrats. Les années 60 et 70 se dérouleront en Afrique. Il devient forestier au Gabon, travaille pour Jacques Foccart, Omar Bongo, puis pour Shell et Elf.
 
L'heure de la retraite venue, décoré de multiples fois, il se découvre un très beau talent de plume. Et une manière très enlevée de raconter les opérations un peu spéciales de la Seconde Guerre. Son domaine de prédilection ? Le Royaume-Uni. L'objet d'une trilogie qui débute avec les Coups tordus de Churchill, se poursuit avec Les Secrets du Jour J, pour se terminer avec La vie secrète de Sir Dansey, maître-espion, son dernier ouvrage sur le plus grand espion anglais du XXe siècle, qui vient de paraître voici quelques semaines chez Albin Michel. Dans ces trois ouvrages, il nous entraînait gaiement avec un talent de romancier et la rigueur de l'historien dans les arcanes de cet univers fascinant.
Nous avions eu l'honneur d'être son éditeur pour la maison la Boétie (Secrets du Jour J), l'occasion d'apprécier son allant, sa vivacité et son incroyable connaissance d'un monde disparu dont il avait été le témoin.
Nos condoléances s'adressent à son épouse.
 
François-Guillaume Lorrain
Le Point - le 21 avril 2015
 
Les obsèques de Bob Maloubier ont eu lieu le mercredi 29 avril 2015 à 11h30 en la cathédrale Saint Louis des Invalides.
 
  • Le Mémorial de Valençay (Indre), monument franco-britannique, a été érigé « à la mémoire des agents du SOE section F tués au combat ou morts en déportation », pendant la seconde guerre mondiale. 104 agents dont 13 femmes y sont recensés comme n'étant pas revenus, la plupart exécutés par les allemands dans les conditions terribles des camps. Leur liste fait l'objet de l'article Liste du mémorial de Valençay,  « et à la mémoire des équipages des forces aériennes et navales alliées disparus au cours des missions spéciales ».
 
 
Bob Maloubier se rendait régulièrement à la cérémonie honorant les disparus du SOE,
qui se déroule chaque année le 6 mai.



Commentaires (0)

Il n'y a aucun commentaire pour le moment

Publier un commentaire

Vous devez être connecté au site pour publier un commentaire


Logo

L’Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly, Les Jansoniens (AEJS), existe depuis 1891, sept ans après l’ouverture du lycée. Fidèle à la tradition de Janson qui a toujours cultivé l’excellence, le pluralisme, et porté haut les valeurs de la République, solidement ancrée dans les réalités du monde contemporain, Les Jansoniens sont délibérément tournés vers l’avenir, vers celles et ceux qui fréquentent aujourd'hui l'établissement, qui se préparent à animer, vivre et piloter le monde de demain. Les Jansoniens n'oublient pas pour autant celles et ceux "qui sont passés par Janson", ravis de retrouver avec Les Jansoniens des amis, un climat, une ouverture et une communauté d'esprit qui ont marqué de leur empreinte leur personnalité.

S’inscrire en ligne

Contactez-nous

Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly

Via notre formulaire
Envoyez-nous un e-mail
106 rue de la Pompe
75116 Paris

Copyright 2021 © AEJS. Tous droits réservés. Mentions légales - Politique de confidentialité - Conditions générales de vente - La fondation - Réalisation Website-modern