Adhérer à l'association

Panier

Example of shopping-bag Votre panier est vide. Commencer vos achats ?
Commander
bandeau page

Avril 2019. Cracovie – Auschwitz : 3 jours en Pologne, pour essayer de comprendre

 

C’est au cours du déjeuner convivial qui suivit la visite exceptionnelle de la basilique de Saint-Denis, menée par Alexandre Bande* qu’a germé l’idée de ce voyage !

Lieu de mémoire s’il en est, Auschwitz est une destination symbolique incontournable pour qui s’intéresse à l’Histoire du XXe siècle. Un voyage qui s’effectue généralement sur une journée-marathon, aller-retour, depuis Paris.


Alexandre Bande nous a proposé un séjour plus long, un véritable itinéraire pour aller plus loin, un parcours plus vaste pour mieux cerner l’histoire chaotique et tourmentée de la Pologne, l’histoire de sa communauté juive qui, avec 3,5 millions de personnes, représentait près de 10% de la population polonaise à l’aube de la Deuxième Guerre mondiale. La visite de Cracovie s’imposait. Trois jours ne seraient pas de trop.

Serge, Françoise, Christian, Bérengère, Claude, Véronique, Fabien, Joëlle, Sylviane, Didier, Annie, Marie-Françoise, Béatrice, René, Martine, Xavier, Agnès et Alexandre, tous jansoniens et assimilés, nous partîmes à 18, chacun avec son histoire, sa sensibilité, ses motivations, tous avec la même volonté de savoir, d’essayer de comprendre l’insupportable.
Après un dîner préparatoire et d’échanges, nourris par les documents adressés à dessein par Alexandre à chacun, c’est donc un groupe uni qui se retrouva le 11 avril à Roissy.

Cracovie sous la pluie, ses églises, ses places, ses marchés, son architecture. Une entrée en matière contemporaine avant « la plongée » dans les camps.
Auschwitz II (Birkenau), Auschwitz I, ses Blocks et son musée, une journée qui ne se raconte pas. Dont personne ne ressortira indemne.
Puis Kazimierz, l’ancien quartier juif, ses synagogues, le quartier de Podgorze (lieu de l’ancien ghetto juif de 1941 à 1943, le musée de l’usine Schindler retraçant la vie à Cracovie sous l’occupation nazie, le Chateau Royal de Wawel et son trésor…
Dimanche 14 avril : retour à Roissy. Les avions, les taxis poursuivent leur manège immuable. Les 18 « polonais » jansoniens retrouvent, eux, la terre ferme. Plus riches d’humanité. Différents, indiscutablement.

La machine à broyer, le minutieux processus d'extermination industriel élaboré par le IIIe Reich, loin de se limiter à « la Shoah », a fait, en plus des six millions de juifs, au total près de quinze millions de morts civils, exterminés par les nazis.
Si ce régime a atteint les sommets du cynisme, du machiavélisme et de l’horreur, les ressorts qu’il a utilisés ne sont qu’une résurgence, adaptée au discours du moment, de mécanismes cycliques très anciens.
La communauté internationale, parfois impuissante, dénonce régulièrement de nouveaux génocides sur la surface du globe. Nés de causes comparables, s'appuyant sur les mêmes réflexes, développant des stratégies comparables.
L
a Shoah, comme tous les autres génocides, présente ses spécificités. Elle reste jusqu'à ce jour le génocide le plus meurtrier de l'histoire de l'Humanité.

 

* Alexandre Bande est professeur de chaire supérieure, docteur en histoire du Moyen Âge, spécialiste des rituels funéraires royaux et des sépultures capétiennes. Il travaille depuis plus de quinze ans sur les questions relatives à l'Histoire et à la Mémoire des conflits mondiaux du XXe siècle et plus particulièrement sur les enjeux de l'enseignement de l'histoire de la Shoah.

A noter : Alexandre Bande se propose de renouveler ce « voyage » au printemps 2021 avec un nouveau groupe, de 20 personnes maximum.  Les « candidats » sont invités à se manifester dès à présent en utilisant la rubrique Contactez-nous, en haut de cette page. Quelques lignes précisant votre motivation seront les bienvenues.

Le voyage en images
(photos : René Pinon)

 


cracovie auschwitz shoah genocide bande voyage


Logo

L’Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly (AEJS - Les Jansoniens) existe depuis 1891, sept ans après l’ouverture du lycée. Fidèle à la tradition de Janson qui a toujours cultivé l’excellence, le pluralisme, et porté haut les valeurs de la République, solidement ancrée dans les réalités du monde contemporain, elle est délibérément tournée vers l’avenir, vers celles et ceux qui fréquentent aujourd'hui l'établissement, qui se préparent à animer et à vivre dans le monde de demain. Elle n'oublie pas pour autant celles et ceux "qui sont passés par Janson", ravis de retrouver avec Les Jansoniens des amis, un climat, une ouverture et une communauté d'esprit qui ont marqué de leur empreinte leur personnalité.

S’inscrire en ligne

Derniers articles Tous les articles

  • La Ferté Saint-Aubin, 10 juin 1944 : les Jansoniens se souviennent
    La Ferté Saint-Aubin, 10 juin 1944 : les Jansoniens se souviennent

    16-06-2019

    Ils avaient entre 18 et 20 ans, ils brûlaient de se battre pour libérer la France. Ils avaient rendez-vous dans les bois de la Ferté Saint-Aubin pour rejoindre le maquis. Le 10 juin 1944, dénoncés par un traitre, ils sont arrêtés par l’armée ennemie, conduits dans la forêt et abattus froidement, sans autre forme de procès. Sept d'entre eux étaient Jansoniens.

Contactez-nous

Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly

Via notre formulaire
Envoyez-nous un e-mail
106 rue de la Pompe
75116 Paris

Copyright 2019 © AEJS. Tous droits réservés. Mentions légales - Politique de confidentialité - Conditions générales de vente - La fondation - Réalisation Website-modern