Adhérer à l'association

Panier

Example of shopping-bag Votre panier est vide. Commencer vos achats ?
Commander
bandeau page

Olivier KOURILSKY - La médecine sans compter, chez Glyphe

Dernier né d’une famille de six enfants comportant déjà quatre médecins, Olivier Kourilsky a ressenti très tôt la vocation médicale. Élève du professeur Jean Hamburger, puis assistant du professeur Gabriel Richet pendant une dizaine d’années, il a été nommé à 37 ans chef de service de néphrologie dans un hôpital qui sortait de terre à Évry et l’a dirigé avec enthousiasme pendant près de trente ans.
Auteur de plusieurs livres de médecine, mais aussi de romans policiers, le "Dr K" - qui est également membre du conseil d'administration des Jansoniens - nous livre ici, avec une bonne dose d’autodérision et d’humour, un florilège d’anecdotes, drôles ou bouleversantes mais toujours pleines d’empathie, glanées tout au long d’une riche carrière.

Dans ce livre, Olivier Kourilsky établit un constat alarmant sur l’évolution de la médecine hospitalière. Un plaidoyer vibrant  pour une médecine humaine plus à l’écoute du patient et moins obnubilée par la maîtrise des dépenses.
Mais 
La médecine sans compter est avant tout un recueil d’expériences, de souvenirs et d’anecdotes partagés avec ses patients et ses confrères. C'est aussi l'histoire d'une vie remplie d'humanité, entièrement dédiée à la médecine au sein de l’hôpital public, des péripéties d’un jeune interne devenu le chef de service de néphrologie d’un hôpital qui sortait de terre (Evry). « A cette époque tout était à inventer, la néphrologie devenait une spécialité, nous connaissions les premières greffes », rappelle Olivier, qui fut le disciple du professeur Jean Hamburger puis l’assistant du professeur Gabriel Richet…
Dernier rejeton d’éminents médecins (le nom de son père trône sur les frontons des bâtiments de l’hôpital Saint-Antoine), il aurait pu endosser la posture du mandarin.
« Les chefferies, les contingences gouvernementales sévissaient déjà lorsque j’ai entamé mes études médicales. Pour autant, on s’amusait beaucoup en fac de médecine. Et je n’étais pas véritablement prêt pour passer ce que l’on appelait alors le concours de l’internat. J’ai failli y renoncer mais mon père m’a intimé de ne pas me démonter et d’écrire, quoi qu’il arrive ! ». Mais il répète à l’envi aux futurs soignants ces mots de Pasteur que citait toujours son maître Gabriel Richet : « Qu’elle serait belle et utile l’histoire de la part du cœur dans les progrès de la science ! ».
« J’ai toujours éprouvé beaucoup de bonheur lorsque je parvenais à soulager. Quelles qu’en soient les difficultés, si je devais refaire ma vie, malgré mon goût pour le cinéma, je ne changerais pour rien au monde ».
La médecine, Olivier Kourilsky l’aime sans compter, et « elle me le rend bien », sourit-il en montrant les innombrables post sur sa page Facebook !

Un éternel optimiste, un sage, se tapit derrière ce trublion qui à ses heures, se fait appeler « Dr K ».

d’après Anne-Marie de Rubiana
rédactrice en chef de Remede.org


médeci hopital humanité


Logo

L’Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly, Les Jansoniens (AEJS), existe depuis 1891, sept ans après l’ouverture du lycée. Fidèle à la tradition de Janson qui a toujours cultivé l’excellence, le pluralisme, et porté haut les valeurs de la République, solidement ancrée dans les réalités du monde contemporain, Les Jansoniens sont délibérément tournés vers l’avenir, vers celles et ceux qui fréquentent aujourd'hui l'établissement, qui se préparent à animer, vivre et piloter le monde de demain. Les Jansoniens n'oublient pas pour autant celles et ceux "qui sont passés par Janson", ravis de retrouver avec Les Jansoniens des amis, un climat, une ouverture et une communauté d'esprit qui ont marqué de leur empreinte leur personnalité.

S’inscrire en ligne

Derniers articles Tous les articles

  • Anne Galichon, la passion de l'enseignement
    Anne Galichon, la passion de l'enseignement

    25-11-2020

    Née en 1950, ancienne élève de l’ENS Sèvres et de Sciences-Po Paris, agrégée d’Anglais, Anne Galichon ne manquait pas de diplômes, mais était tout l’opposé d’une intellectuelle désincarnée.
    Après avoir enseigné au lycée de Rambouillet puis au collège Delacroix (aujourd’hui collège Janson de Sailly), elle fut professeur de chaire supérieure à Janson, de 1993 à 2003...

Contactez-nous

Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly

Via notre formulaire
Envoyez-nous un e-mail
106 rue de la Pompe
75116 Paris

Copyright 2020 © AEJS. Tous droits réservés. Mentions légales - Politique de confidentialité - Conditions générales de vente - La fondation - Réalisation Website-modern