Adhérer à l'association

Panier

Example of shopping-bag Votre panier est vide. Commencer vos achats ?
Commander
bandeau page

Rarissime : une photo de classe, jaunie… avec des noms !

Printemps 2020 : un arrêt forcé pour cause de pandémie, un coronavirus - le Covid19 - suspend brutalement toute activité extérieure...
Ce moment si particulier interroge et renvoie au souvenir d’une autre pandémie qui se développa au printemps 1918, aux États-Unis, dans le camp de Fuston (Kansas) puis se propagea en Europe dans les camps établis pour abriter les troupes américaines fraîchement débarquées pour participer à l’offensive finale.
Cette pandémie toucha le monde entier entre mars 1918 et janvier 1919 et fit à elle seule plus de victimes que la Grande Guerre (environ 40 millions de morts). Ce nombre fut longtemps oublié, occulté, car celui des morts de la Grande guerre était plus présent dans les esprits (voir l’excellent article publié dans la revue L’Histoire n° 449-450 juillet-août 2018, écrit par Claude Quétel, directeur de recherche honoraire au CNRS).

En effet, comme nous le montre cette photo de 1907, un tiers de cette classe de taupe a disparu dans les tranchées. Cette évaluation est le fruit d’un travail mené par des élèves enthousiastes qui ont essayé de retrouver le parcours des élèves mentionnés sur le monument aux morts du lycée. Un travail ardu, d’autant plus difficile qu’il y a sur le site mémoire des hommes plusieurs homonymes. En croisant les parcours relevés sur ce site et les mentions des différents livres d’or édités entre 1915 et 1920, les élèves ont réussi à quasiment tous les retrouver. Aujourd’hui cette photo permet de mettre un visage sur des noms.....

Avec tous mes remerciements aux élèves qui ont participé à cette aventure et qui se reconnaîtront.
Marielle Vichot.

Il y a quelques jours, Ludovic Anne* me transmettait une série de documents concernant le lycée Janson de Sailly. Dans ce lot, il y avait une photo datée de 1906-1907 avec des noms, manuscrits, en légende. Une classe de lycéens qui devaient avoir 18 ans, voire plus. J’ai eu la curiosité de comparer ces noms avec la liste des morts de la Grande guerre et ainsi, j’ai pu mettre des visages sur des noms gravés dans la pierre. Des lycéens jeunes enthousiastes à la vie souriait et promettait un bel avenir.

La liste des élèves :
ARTHAUD, BACCACCIO, BACHELIER, BONNET, BOUDET, BRETTE, CHABERT, CHAMBERT, CHAUVEAU, COGNE, COZ, CRATUNESCO, de VERINE, DOUTOT, DREYFUS, DUBREUIL, DURANT, ENOS, GAUTHERON, HOUDAILLE, HOUILLE, HUTEAUX D'ORIGNY, JANIN, LABORIE, LAROQUE, LESAGE, MAGNIN, MORTREUX, PHELIJPON, RENAUD, SERPETTE, SURE, TREBOUL, VENIAUD.

Voici ceux qui sont partis trop tôt ou qui ont été blessés en défendant leur patrie. Ils ont eu l’honneur des Livres d’Or de Janson édités entre 1915 et 1920, réunissant morts, blessés, cités et décorés.

1- André BACHELIER est arrivé au lycée en classe préparatoire. Nous le retrouvons en année 1907-1908 en classe de Spéciales (équivalent aujourd’hui de la terminale S) puis en 1908-1909, classe Mathématiques supérieures, préparation à l’Ecole Polytechnique. Il obtient le 2ème prix de dessin d’architecture et de machine, le 2ème prix de dessin d’imitation, le 3ème accessit de géométrie descriptive et d’épure ainsi qu’une mention en chimie. 
En 1909-1910, il est en classe de Mathématiques spéciales - préparation à l’Ecole Polytechnique où il est admis et intègre la promotion 1911 (X 11).
Pendant la première Guerre mondiale, il est lieutenant au 1er Génie, 81ème régiment d’Artillerie, 3ème groupement d’Artillerie d’assaut.
Il est tué à l’ennemi le 16 mai 1917 près du Moulin de Laffaux, dans l’Aisne des suites de blessures de guerre lors d’une offensive du Chemin des Dames. Il est cité dans ces termes : « Commandant la section de projecteurs du 3ème corps, a fait preuve en toutes circonstances de courage, d’activité et de compétence technique. S’est distingué, dans l’organisation des liaisons optiques à l’intérieur du corps d’armée et dans l’installation d’un projecteur photo-électrique. A exécuté, dans les circonstances les plus périlleuses, toutes les reconnaissances nécessaires à l’installation de ses appareils. »
« Officier d’élite, au cœur droit, à l’idéal élevé, par sa bravoure et son mépris absolu du danger, par ses connaissances étendues, a rendu d’inappréciables services au front depuis le début de la campagne et particulièrement au cours des opérations d’avril-mai 1917. Officier adjoint technique au groupement n°III, tué le 16 mai en accomplissant sous le feu, de sa propre initiative et par scrupule de conscience, une opération périlleuse, en récupérant avec un sous-officier et un canonnier les canons Schneider abandonnés sur le terrain ».

2- Robert BONNET est sous-lieutenant au 30ème régiment d’Artillerie. Il est blessé grièvement en Argonne, le 18 février 1915 et est cité : « N’a pas hésité pour mieux observer son tir à se placer dans une tranchée (à peine ébauchée) qu’il avait repérée et violemment battue par l’artillerie ennemie ».

3- Nicolas CRATUNESCO, lieutenant d’artillerie en Roumanie, ancien élève de l’Ecole Polytechnique. Il est tué en septembre 1916 dans la Dobroudja.

4- Paul de VARINE, sous-lieutenant au 94ème régiment d’Infanterie. Il est blessé en 1916.

5- Robert ENOS est né le 7 août 1892 à Paris 8ème (Seine). En 1902-1903, il est en classe de 5ème A et obtient le 2ème prix de récitation, le 1er accessit d’histoire naturelle, le 1er accessit d’allemand ainsi que le 3ème accessit de calcul.
En 1905-1906 nous le retrouvons en classe de Seconde A. Il obtient de nombreuses récompenses : un 1er accessit de version latine, un 1er accessit de thème grec, un 1er accessit d’allemand, un 2ème accessit de mathématiques, un 2ème accessit de physique, un 2ème accessit de composition française, un 3ème accessit d’exercices en latin, un 3ème accessit d’histoire moderne et de géographie et un 4ème accessit d’histoire ancienne.
En 1907-1908, il est en classe de Spéciales puis en 1908-1909 en classe de Mathématiques supérieures, préparatoire à Polytechnique où il est admis et intègre la promotion 1911.
Pendant la première Guerre mondiale, il est lieutenant au 10ème régiment d’Artillerie, est détaché au 1er groupe d’aviation, observateur en avion.
Le 22 juin 1916, il est tué au nord de Binouville dans la Marne. Il reçoit la citation suivante :
« Excellent observateur, a fait de nombreuses reconnaissances lointaines. Le 22 juin 1916, attaqué par trois Fokkers au cours d’une croisière dans les lignes ennemies, a bravement fait tête et combattu héroïquement pendant plus d’une demi-heure. A succombé dans cette lutte inégale ».

6- Pierre-Marcel GAUTHERON est né le 25 septembre 1891 à Saulieu (Côte d’Or).
Elève à Janson de Sailly, en taupe en 1907-1908, il est admis à l’École Polytechnique, promotion 1910.
Pendant la première Guerre mondiale, il est lieutenant au 248è régiment d’artillerie de campagne. Il est tué à Neugery sur Arande (Oise).
« Officier des plus brillants, ayant donné maintes preuves de courage et de sang-froid. Avait su faire de la batterie qu’il commandait depuis près de deux ans une unité d’élite dont il a obtenu un superbe rendement dans les combats des 9,10 et 11 juin 1918. Tué le 11 juin 1918, au cours d’une reconnaissance effectuée sous un violent bombardement ».
Le 30 novembre 1920, dans la délibération du Conseil d’administration du lycée, il est mentionné que les parents de cet élève ont fait don d’un titre de 100 Francs de rente à 4% pour la création d’un prix annuel en mémoire de leur fils Pierre-Maurice Gautheron, capitaine au 248ème régiment d’artillerie de campagne, mort pour la France ».

7- Jacques HUTEAUX D’ORIGNY est né le 2 mars 1891 à Rouen (Seine Inférieure). Il est élève en Taupe en 1907-1908. Sous-lieutenant au 59éme régiment d’Artillerie, il est porté disparu le 10 octobre 1914 à Verdun.

8- Pierre JANIN est blessé près de Soissons et meurt à Paris des suites de ses blessures le 8 octobre 1914.

9- Pierre-Henry RENAUD, brigadier au 17ème régiment d’Artillerie, est blessé en 1915.

10- Maurice TREBOUL est né le 17 janvier 1893 à Cherbourg (Manche). Élève à Janson de Sailly en 1912-1913 dans la classe de Mathématiques spéciales, il est admis à l’École Polytechnique, promotion 1913. Pendant la première Guerre mondiale, il est sous-lieutenant au 59ème régiment d’Artillerie. Il est tué le 1er juillet 1915 à Liévin (Pas-de-Calais).
Il a été décoré de l’ordre de la Légion d’honneur et a reçu la Croix de Guerre avec palme. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de l’École Polytechnique.

Ce peut-être aussi Roger TREBOUL qui est cité pour sa bravoure (Livre d’Or 1915).
Les listes, en effet, ne donnent pas les prénoms des élèves. Ainsi sur 34 élèves, nous comptons 10 blessés ou tués soit 29,4% des effectifs. Ce pourcentage correspond aux pourcentages décomptés à l’issue de la guerre dans l’étude menée par le démographe François Héran (INED numéro 510, avril 2014).
La génération 14, la classe 14 a payé un lourd tribut et l’élite n’a pas été épargnée.

* Ludovic Anne, ancien Principal du collège Janson de Sailly

Marielle Vichot
Professeure d’Histoire honoraire
Secrétaire générale des Jansoniens

Si vous avez envie de rejoindre le groupe Histoire et Patrimoine de Janson…






Logo

L’Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly, Les Jansoniens (AEJS), existe depuis 1891, sept ans après l’ouverture du lycée. Fidèle à la tradition de Janson qui a toujours cultivé l’excellence, le pluralisme, et porté haut les valeurs de la République, solidement ancrée dans les réalités du monde contemporain, Les Jansoniens sont délibérément tournés vers l’avenir, vers celles et ceux qui fréquentent aujourd'hui l'établissement, qui se préparent à animer, vivre et piloter le monde de demain. Les Jansoniens n'oublient pas pour autant celles et ceux "qui sont passés par Janson", ravis de retrouver avec Les Jansoniens des amis, un climat, une ouverture et une communauté d'esprit qui ont marqué de leur empreinte leur personnalité.

S’inscrire en ligne

Derniers articles Tous les articles

  • Anne Galichon, la passion de l'enseignement
    Anne Galichon, la passion de l'enseignement

    25-11-2020

    Née en 1950, ancienne élève de l’ENS Sèvres et de Sciences-Po Paris, agrégée d’Anglais, Anne Galichon ne manquait pas de diplômes, mais était tout l’opposé d’une intellectuelle désincarnée.
    Après avoir enseigné au lycée de Rambouillet puis au collège Delacroix (aujourd’hui collège Janson de Sailly), elle fut professeur de chaire supérieure à Janson, de 1993 à 2003...

Contactez-nous

Association amicale des anciens élèves du lycée Janson-de-Sailly

Via notre formulaire
Envoyez-nous un e-mail
106 rue de la Pompe
75116 Paris

Copyright 2020 © AEJS. Tous droits réservés. Mentions légales - Politique de confidentialité - Conditions générales de vente - La fondation - Réalisation Website-modern